Le 14 janvier 1986, Daniel Balavoine trouvait la mort dans un accident d’hélicoptère en marge du Paris-Dakar.

Le chanteur n’aurait toutefois pas dû se trouver dans cet hélicoptère de malheur. C’est Thierry Sabine, le directeur de course, qui l’invite et demande à un jeune photographe de lui céder sa place dans l’hélico. Ce jeune photographe n’est autre que… Yann-Arthus Bertrand ! Vous vous rendez compte ? D’une part, nous aurions pu « conserver » un immense artiste en la personne de Daniel Balavoine, d’autre part, nous aurions pu nous « débarrasser » d’un mec qui allait nous prendre la tête 20 ans plus tard sur l’élevage intensif de bœufs aux États-Unis. Un mec qui nous nargue depuis des années parce que LUI peut prendre des photos vues du ciel. La vie est une pute.