Par Eric Ze More


Et voilà, les Anglais remettent ça ! Après les insupportables Beatles, les bobos neuneu de Blur, les cons nous envoient Adele, sorte de Margaret Thatcher obèse. Ok, j’ai suffisamment critiqué sur ce site les saloperies du genre Selah Sue qui ne réussissent que grâce à leur belle gueule –si, si), pour reprocher à Adele ne pas être aussi sexy qu’Avril Lavigne. Mais quand même… y a des limites. Ok, elle chante bien la fille, mais bon sang, ce style d’actrice youporn façon « old polonaise se fait défoncer la chatte », c’est pas possible. On ne critiquera pas non plus le fait qu’une personne blessée par l’amour en fasse des chansons. Mais là encore, quand même… Elle cherche la merde la petite. C’est pas elle qui vient d’annoncer la fin de sa carrière (deux albums, c’est pas une carrière, sauf si tu te suicides) parce qu’elle est de nouveau amoureuse ? Réponse : si, c’est Adele. Désolé, mais faut être une enculée pour dire ça après avoir chanté à tout le monde que l’amour, ça fait mal. Remarquez, on nomme bien un flic « gardien de la paix ». Alors moi, je lui dis « casse-toi pov’ conne », le public, tu l’aimes ou tu le niques.