Par Nikos Alachiasse


André Rieu est un génie. Si. Ah ! C’est un génie. Le mec, tellement il est fort, il attend que les femmes soient ménopausées pour les faire jouir – parce que quand elles sont bourrées d’hormones (ou bourrées tout court), c’est bien trop facile. André, il met une grande claque aux laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent tout un tas de pilules pour bander après soixante piges. André, dans le milieu, on l’appelle l’arroseur de culottes gaine. C’est un chaud, c’est pas une blague. Il est tellement fort que son dernier album, il l’appelle Dansez Maintenant ! (vous remarquerez, comble de la classe du monsieur, le point d’exclamation qui vient habiller l’extrémité est du titre). Il l’appelle Dansez Maintenant !, alors qu’il sait pertinemment que 99 % de sa clientèle, c’est de la vieille en décomposition psychique et en pleine dégénérescence physique (et qui vient de se faire caca dessus). Bon sang, André Rieu, c’est un voyou, mais un voyou comme on les aime, de ceux qui gardent éternellement le sourire, de ceux qui font rêver même s’ils te vendent de la misère, de ceux qui portent les cheveux longs, mais qui n’ont pas les idées courtes.