Par Eric Ze More

Vous n’allez peut-être pas me croire, mais le dernier album de Beyonce, 4, est directement entré à la première place des charts français. MDR, PTDR, BDR… LOL. C’est quoi le délire avec Beyonce ? Pourquoi « 4 » comme nom d’album ? Faut-il y voir un nouveau coup du grand chorégraphe Bruno Vandelli : « Beyonce, Beyonce, ma chérie, j’ai trouvé un nom géééééénial pour ton prochain album : 4, comme les quatre couleurs primaires ! ». Ce à quoi Beyonce aurait répondu : « No Bwunow, 4 comme les 4 doigts de la main ! ». Ce à quoi Burno Vandelli aurait répondu : « T’es trop gééééééééééééniale ma chérie ! ». Personnellement, je dirais : 4 comme les épaisseurs de PQ qu’il faudra pour torcher la chiasse qui coulera nécessairement de notre fente céleste après l’écoute de l’album. Ou 4 comme le nombre d’années de prison que devraient faire les distributeurs du disque. Ou 4 comme le nombre de neurones d’un(e) fan de Beyonce : juste de quoi ressembler à Vincent Humbert. Et ça, c’est avant d’écouter l’album…