Par Olivier Crachin


Je veux pas foutre la merde ou quoi, Laurent Routier a pris assez cher pour tout le monde avec son (excellent) article sur Charlie Winston. Mais je vais le dire quand même : Booba est une danseuse. Il ne fait pas du rap, mais de la (mauvaise) variété française. Alors je comprends, t’as 14 piges, tu sais pas très bien où tu en es, tu as les hormones qui se bousculent dans ton slip, tu détestes tes parents, l’école te soule et tu ne sais pas (parce que tu es trop jeune et un peu con) que des mecs comme NTM ou le Ministère AMER ont existé. Alors tu écoutes Booba avec bienveillance, pensant que ce mec incarne le rap français. Faux ! Booba est une tumeur marketing, rien de plus. Alors petit être, passe ton chemin, ne t’arrête pas, ne te retourne pas, sauf peut-être sur le passé du rap français. Tu y découvriras du vrai rap, de bonnes lyrics et du son qui ressemble à autre chose qu’à du Rihanna (quel cul elle a quand même).