Groupe emblématique de la scène rock des années 60, le Creedence Clearwater Revival figure au Rock and Roll Hall of Fame. Une raison qui justifie à elle seule ce top.

1 – Pour imaginer le chanteur John Fogerty en gros barbu arborant une chemise à carreaux, alors qu’il est une sorte de roux maigrichon avec une veste en velours. Dans la série « j’ai une voix qui ne va pas, mais alors pas du tout avec ma tête, ni avec ma dégaine », demandez le père. Mais c’est un fait : ce timbre si puissant appartient à un type normal… Une sorte d’Hansi Kürsch (Blind Guardian) avant l’heure. En plus d’être le pendant à grosse voix de Bob « the Bear » Hite, le chanteur de Canned Heat (qui lui, par contre, possède un physique qui va très bien avec la voix de Fogerty, et pas du tout avec la sienne, vous suivez ?), Fogerty est un artiste prolifique et de talent, qui poursuit une belle carrière solo depuis près de 40 ans (les Creedence ont arrêté en 1973). Il a même participé activement à la campagne de John Kerry aux élections présidentielles américaines (perdues face à W.) en 2004, et son dernier album date de 2009. Toujours debout et actif comme à 20 ans, le « fortunate son » !


2 – Pour comprendre ce qui se raconte chez les flics dans The Big Lebowski, et accessoirement faire le parallèle entre le personnage de Jeff Bridges et la musique du groupe, qui lui correspond très bien.


3 – Pour avoir l’infini plaisir d’écouter une discographie riche de sept albums dans lesquels manifestement, le batteur Doug Clifford n’utilise qu’une seule et unique cymbale.


4 – Pour connaître l’origine de certains tubes planétaires qui ont été propulsés au sommet des charts par d’autres, surtout « Proud Mary » (Tina Turner, Elvis Presley ou Bob Dylan lui sont passés dessus).


5 – Pour mettre un nom sur le groupe qui chante cette maudite chanson hyper connue qu’on entend dans tout un tas de films genre Expandables : unité spéciale, Michael avec Travolta, ou même dans des jeux estampillés « blockbusters vidéoludiques » comme Call of Duty : Black Ops ou GTA IV.


6 – Pour se rendre compte que prendre son temps entre deux albums n’est pas forcément une condition sine qua non pour entrer dans la légende, sachant que CCR a sorti trois disques en 1969 (Bayou Country, Green River, et Willy and the Poor Boys). Une époque de fièvre créatrice révolue.


7 – Parce qu’ils n’apparaissent dans aucune restitution vidéo ou audio du festival de Woodstock sortie entre 1969 et 2009. Ils avaient refusé que leur concert qui s’est déroulé devant une foule disséminée soit immortalisé sur un support. Idée à la con que n’a pas eue Jimi Hendrix.


8 – Parce qu’ils sont inscrits au Rock n’ roll Hall Of Fame depuis 1993, et que même Metallica ne peut pas en dire autant. Bientôt vingt ans d’immortalité, c’est beaucoup.


9 – Parce qu’ils avaient la fibre écolo bien avant Gojira, et que même s’ils le hurlaient avec moins de véhémence et moins de blastbeats, le message passait plutôt bien en plein flower power.


10 – Parce qu’il y a revival dans le nom, et que rien que pour ça il faut réécouter les Creedence de temps en temps. Et parce que c’était bien, en fait, les Creedence !