Non seulement ils le savaient, mais avec ça ils l’ont écrit. Tupac, Bolan, Hendrix… Ils avaient annoncé quand ou comment ils mourraient, ils sont morts ainsi. Ça fout les j’tons. Parce que voir aussi juste, ça relève de la sorcellerie !

Jimi Hendrix : « Dans cinq ans »
En 1965, eux ans avant que son talent n’éclate à la face du monde, Jimi Hendrix écrit et enregistre une chanson, The Ballad of Jimi, dans laquelle on peut trouver ça : « Five years, this he said / He’s not gone, he’s just dead ». 5 ans après, en 1970, Jimi Hendrix mourrait à Londres, à l’âge de 27 ans.

Jimi_Hendrix

Lynyrd Skynyrd : « Ce parfum »
Le 20 octobre 1977, l’avion qui transporte le groupe Lynyrd Skynyrd et son entourage s’écrase. Bilan : plusieurs morts, dont le chanteur-leader du groupe, Ronnie Van Zant. Deux semaines plus tôt sortait leur album Street Survivors sur lequel figure la très belle chanson, That smell, écrite par Van Zandt et dans laquelle on peut lire ce vers prémonitoire : « The smell of death surrounds you ».

lynyrd-skynyrd

Marc Bolan (T-Rex) : « Des renards et un arbre »
En 1972, ans la chanson Solid Gold Easy Action, le leader et chanteur du groupe T-Rex, Marc Bolan, écrit : « Life is the same and it always will be / Easy as picking foxes from a tree ». A priori, rien à voir avec la mort du chanteur survenue le 16 septembre 1977 dans un accident de voiture. Sauf qu’on remarqua, lors de l’expertise du véhicule, que ce dernier portait le numéro de série « FOX 661L ». Sans oublier que Bolan s’était fracassé… contre un arbre !

marc-bolan

Tupac : « Je mourrai assassiné par balles »
Dans la chanson Niggas Done Changed, 2Pac (feat. Richie Rich) déclare : « I been shot and murdered, can tell you how it happened word for word ». Le morceau fut enregistré deux mois avant son assassinat par balles à Las Vegas, en 1996.

Tupac

Bertrand Cantat : « Un bouquet de nerfs »
Bertrand Cantat n’est pas mort, évidemment. Mais on connaît tous son histoire, le fait qu’il ait assassiné sa meuf, Marie Trintignant, en 2003 à Vilnius. Ils paraissaient si heureux, si amoureux, si fougueux… Rien ne pouvait prédire le malheur qui allait s’abattre sur eux et leurs proches. Rien, sauf quelques passages du dernier album de Noir Désir (Des visages, des figures) sorti avant le drame, en 2001, notamment la chanson Bouquet de nerfs, plutôt explicite quant à l’incapacité du narrateur (Bertrand Cantat ?) à contrôler… ses nerfs. Autre chanson de l’album et autre passage « prémonitoire », dans la chanson Des visages, des figures : « Hantez, hantez, faites comme chez vous, restez / Si tout devient opaque / Ma reine, ma reine / J’ai bien aimé ta paire de claques / Et surtout ton dernier baiser ». Enfin, et même si ça n’a rien à voir avec notre cas présent, mais cela révèle bien le caractère « prémonitoire » des écrits de Cantat, le morceau qui ouvre l’album Des visages, des figures, Le grand incendie, contient ce passage : « Y’a l’feu partout, emergency / Babylone, Paris s’écroulent / New-York City, Iroquois qui déboulent / Maintenant… Allez ». L’album est précisément sorti le 11 septembre 2001.

cantat-trintignant