Oubliez les métaphores poétiques ou les envolées lyriques de la chanson française et faîtes place aux « bites », « couilles », « nichons » des chansons paillardes. Déclamées en fin de soirée après un petit verre (ou une bonne dizaine !) d’eau de vie, à moitié à poil sur la table du salon, les chansons paillardes ont acquis leurslettres de noblesse au fil des troisièmes mi-temps de foot, des enterrements de vie de garçon et des fêtes de village (et de famille !) trop alcoolisées. On envoie les enfants dans leurs lits ou dans leurs chambres, on se racle la gorge et on pousse la voix !


1 – La digue du cul
A chanter à chaque fois que vous rentrez d’un week-end à Nantes. Et n’oubliez pas cette phrase : « lève la jambe, voilà que ça rentre, lève la cuisse voilà que ça glisse ».



2 – J’ai la quéquette qui colle
Mais va prendre une douche mon dieu !



3 – La bite à Dudule
Ce Monsieur Dudule à l’air d’avoir un sacré beau membre ! Un représentant des DOM-TOM ?



4 – Pierre Perret / Le zizi
Le seul vrai poète de cette sélection passe pour un enfant de cœur avec son petit zizi. Puceau le Pierrot !



5 – La boiteuse
A force de se faire défoncer la rondelle, forcément on boite.



6 – Ah la salope !
Avec un petit air d’accordéon, la chanson paillarde passe inaperçue dans un bal musette.



7 – La p’tite Huguette
Avec un prénom qui rime avec quéquette et roupette fallait pas s’attendre à une chanson religieuse.



8 – Georges Brassens / Fernande
Un magnifique hymne à la bandaison (de crémaillère bien entendu !).



9 – Charlotte
Voilà une version plutôt mal réorchestrée d’une référence de la chanson paillarde.



10 – Le père Dupanloup
La version originale de Bali Balo pour les plus férus de chansons paillardes.