Le 9 août 1969, un groupe de hippies psychopathes, appelé « La Famille », attaque la maison de Los Angeles 10050 Cielo Drive appartenant à la femme de Roman Polanski, la chanteuse et actrice américaine Sharon Tate, alors enceinte de huit mois. Dirigé par leur gourou Charles Manson, le « commando » opère un massacre.

Le meurtre de Sharon Tate

Même si Charles Manson n’était pas sur les lieux du carnage, c’est bien lui le grand instigateur de ce massacre durant lequel cinq personnes perdent la vie, dont Sharon Tate, pourtant enceinte. Avant de quitter les lieux de leur crime, les membres de « La Famille », , écrivent le mot « pig » (« cochon ») avec le sang de Sharon Tate sur la porte d’entrée. Le crime soulève un vent de panique autant que d’horreur en Californie en particulier, et dans l’ensemble du territoire américain. Arrêtés, les membres de « La Famille », se révèlent être pour la plupart d’entre eux des gamins paumés, sur-drogués et manipulés par l’insaisissable et démoniaque Charles Manson. Perdu dans sa folie sanguinaire, celui-ci va donner une explication aussi étrange qu’effroyable pour expliquer ses agissements. Il avoue ainsi avoir été « inspiré par un album des Beatles« .

Sharon Tate et Roman Polanski

Charles Manson et le « White Album » des Beatles

Cet album, c’est celui officiellement appelé « The Beatles », mais que les fans reconnaîtront plus facilement comme le « White Album ». Sorti en 1968, l’album contient plusieurs chansons qui auraient, selon lui, inspiré la macabre « mission » de Charles Manson. D’abord la chanson « Helter Skelter ».

Dans l’esprit de John Lennon – auteur des paroles – comme dans celui des gens « normaux », « Helter Skelter » désigne une attraction de fête foraine qui consiste en un toboggan en hélice conique. Sauf que Manson y voit autre chose, lui, « une vision d’une guerre apocalyptique entre les Noirs et les Blancs, qui doit commencer en 1969, et dont lui et sa communauté doivent être les bénéficiaires ».

The Beatles - White Album

Dans « Piggies » (« Cochons ») ensuite, une chanson de l’album écrite par George Harrison, métaphore dans laquelle les piggies sont les membres (blancs) de l’Establishment, il est dit : « Ce dont ils ont besoin, c’est d’une sacrée bonne raclée » (« What they need’s a damn good whacking. »), une phrase que Manson et sa bande interpréteront au premier degré.

Reconnu coupable en 1971 du meurtre de Sharon Tate et de ses amis, Charles Manson (né en 1934) est toujours actuellement derrière les barreaux aux Etats-Unis.

Charles Manson 1969