Par Audrey Plumard


Hé ho, c’est quoi le délire ? Pluhar / Plumard, ça se ressemble non ? Déjà, ça, ça m’a énervé. Après, je le dis tout net, rien à foutre : il m’a suffi de dix secondes pour me faire un avis sur cette Christina Pluhar. Et vous savez quoi ? Ben, je me suis dit qu’ils avaient pas perdu de temps pour essayer de remplacer Cesaria « Fumer Tue » Evora. Sauf que c’est pas tout à fait la même chose. Avec Christina Pluhar, t’es dans une sorte de délire d’opéra salsa et flamenco : horrible. On dirait un disque financé par l’UNESCO. Alors c’est sûr que c’est mignon de soutenir l’artisanat local et la production culturelle tiers-mondiste, mais y a comme une erreur de casting, non ? Alors faites gaffe, parce qu’on va vous vendre Christina Pluhar comme le nouveau truc tendance hyper cool venu d’ailleurs que c’est trop cool et bobo d’écouter ça. Vous verrez qu’ils seront invités au prochain Sidaction !