Par Éric Nullo




Notre ami et cher collègue Patrick Enunmo aurait sans doute écrit : « pas », pour donner son jugement sur l’album de Christophe Hondelatte, l’animateur télé, très connu pour avoir présenté l’émission préférée de tous les schizophrènes de France, Faites entrer l’accusé. Je vais essayer de faire, non pas mieux, mais un peu plus long que notre ami et cher collègue Patrick Enunmo. Bon sang, le métier que je fais n’est pas facile. J’ai écouté l’album de Christophe Hondelatte. J’ai même regardé le clip de la chanson Dr House. Au début, je l’avoue, j’ai cru à une blague. J’ai ri de très bon cœur : « Docteur House, c’est pas Mickey Mouse ». Putain, c’était trop bon. Et puis je me suis dit : « mais merde, ce mec se prend vraiment au sérieux ». Ou plutôt : « merde, ce mec se prend au sérieux en voulant nous faire croire qu’il ne se prend pas au sérieux ». Bref, c’était très compliqué. Ok, la chanson est vraiment à chier (des braises). Mais c’est quoi ce clip, c’est quoi ce jeu d’acteur ? A faire perdre son sérieux à Dominique Rizet, pourtant un grand professionnel. Alors on va dire quoi ? Ben que le père Hondelatte est aussi mauvais chanteur, parolier… qu’acteur. J’ai rien contre lui, mais sans déconner, le gars pousse fort là. Bien plus que nous tous en tout cas. Car il nous suffirait, à nous autres simples téléspectateurs qui n’avons sans doute pas les mêmes pistons que Chris’, que d’un petit foireux pour faire naître de notre colique un album d’aussi bonne qualité que Ou Pas. Alors pour une fois, monsieur le juge, ne faites pas entrer l’accusé, éloignez-le au contraire, dites-lui d’aller loin, très loin, très, très loin.

Pour voir une étendue du massacre (interdit au plus de 45 ans)