Pour que l’album (ou le single) d’un artiste soit certifié disque d’or, il faut que les ventes physiques et numériques engendrées par ce même disque dépasse un certain seuil qui varie en fonction des pays. En France, les barèmes, établis par la SNEP en 2009 (pour les albums) et en 2013 (pour les singles), sont les suivants :

Pour les albums

– Disque d’argent : 35.000 ventes (mais le Prix en lui-même n’existe plus),
– Disque d’or : 50.000 ventes (avant juillet 2009, il en fallait 100.000),
– Disque de platine : 100.000 ventes,
– Disque de diamant : 500.000 ventes (Renaud est le dernier artiste en date à avoir obtenu un disque de diamant en France, en 2016, avec son album éponyme vendu à plus de 500.000 exemplaires).

Pour les singles

– Disque d’or : 75.000 ventes (avant juillet 2009, il en fallait 100.000),
– Disque de platine : 150.000 ventes,
– Disque de diamant : 250.000 ventes.

Voilà pour la France. Les barèmes sont donc différents selon les pays. Aux Etats-Unis, par exemple, il faut qu’un artiste vende 500.000 exemplaires de son album ou de son single pour être certifié disque d’or. En Finlande, il en faudra 10.000…