9 h 14 (oui, je ne prends pas le métro très tôt), ligne 13 du métro parisien. Je tente de rentrer dans le wagon et je tombe sur une armée de types en train d’écouter leur baladeur MP3 (Walkman pour les puristes). Ils sont tous réunis, tous ces profils d’« écouteurs » insupportables qui me mettent de mauvaise humeur tous les matins. Avant de mettre moi-même mon casque, je vous décris les 7 mélomanes les plus agaçants du wagon.

1 – Le partageur
S’il pouvait acheter un décupleur de volume, il le ferait. Le partageur s’en tape de se défoncer les tympans (et ceux de ses voisins par la même occasion), il ne prend son pied que lorsque le volume est au maximum. Notez que le partageur écoute souvent de la merde en plus. Ce matin, c’était Sexion d’Assaut dans la ligne 13.



2 – The Voice
Il a toujours rêvé de devenir chanteur, mais n’a jamais osé sauter le pas. Et à l’entendre fredonner Christophe Maé, on comprend pourquoi. Le mec chante un mot sur sept et en plus c’est faux.


3 – Le percussionniste
Avec ses mains, ses pieds et même parfois les deux, il se prend pour le roi de la baguette et de la pédale et nous joue l’instru de Nirvana tous les matins en tapotant sur ses genoux. Cerise sur le gâteau, il peut même le faire s’il n’écoute pas de musique.


4 – Le taffeur
Sournois, il semble inoffensif avec son casque dont ne sortent même pas les accords du dernier Daft Punk. Et pourtant, le mec se révèle une vraie plaie quand il commence à prendre tous ses appels pros entre Brochant et La Fourche. Merci Apple d’avoir mis un iPod dans l’iPhone.


5 – Le roi du câble
Sous prétexte qu’il est un brin mélomane, il lui faut un câble jack ultra performant qui mesure six mètres de long avec une partie torsadée, une autre en poil de furet et quinze adaptateurs. Problème, son câble se coince tous les matins entre une sacoche et un sac à dos.


6 – Le fourbe
On le croise beaucoup plus souvent dans l’open space que dans le métro. Il porte son casque comme Monsieur tout le monde, il fredonne même, il ne répond pas quand on lui demande le scotch, on commence à dire du mal de lui et c’est à ce moment précis qu’on se rend compte qu’il n’a pas de musique dans son casque et qu’il espionne nos conversations depuis 25 minutes. Votre arme de défense : « Je savais que tu nous écoutais, c’était une blague la réflexion sur ton bec de lièvre ».


7 – Le pseudo multitâche
Il a son casque sur les oreilles, parfois un seul écouteur et tient une conversation tout en écoutant la musique. Du coup, il vous demande de répéter toutes les deux minutes ce que vous venez de dire.