Paris avait son groupe de rap du nord, Sexion D’Assaut (merci encore les gars pour tout ce que vous faites), Paris a désormais son groupe du sud, 1995. Ça fonctionne toujours ça. Putain qu’ils sont bons les vrais patrons de maisons de disques (faire de l’argent est la fonction première de la musique populaire, tu peux rien dire contre ça). Tout le monde passe par là, c’est pas un problème. Le problème de 1995, c’est qu’on ne comprend rien à ce qu’ils disent. C’est peut-être un problème de micro, un problème d’accent (enfin j’ai le même qu’eux), un problème d’élocution ou c’est peut-être une marque de timidité, mais bordel, on ne les entend pas ! Les Vanessa Paradis du rap français. Et les meilleures copines de Mouloud Achour. Oh putain qu’il est lourd le mec à vouloir nous caler ses « potes » de 1995 chez Denisot. Mouloud Achour, c’est le fils de Carlos (le chanteur, pas le prisonnier politique). On passera sur les similitudes physiques évidentes, mais on ne pourra pas se taire sur les ressemblances humoristiques et intellectuelles des deux (non, on peut pas). Le mec (Mouloud Achour hein) passe quand même du plateau de Denisot au placard (le décor de sa chronique = les chiottes du studio d’enregistrement) d’une saison à l’autre, mais il reste, content le gars (c’est grâce à la télé qu’il a des t-shirts XXL gratos : à 40 piges, c’est quand même cool de porter un motif de Casimir sur le bide, Philippe Vandel le fait toujours à 60 ans). Mouloud Achour, c’est un mongol, comme disent les internes en médecine qui pensent qu’on ne les entend pas en salle de réveil. Donc, effectivement, être les petites chéries de Mouloud Achour, c’était mort d’avance. Mais les élèves ont fait honneur à leur maître avec leur étron Paris Sud Minute2 minutes d’arrêt, pas plus. (P.M.)