La merde rapporte gros et La Fouine est de ces gens à être né avec deux trous du cul. Y en a, comme ça, qui ont du bol à la naissance. 30.000 albums vendus lors de la première semaine de commercialisation de Drôle de parcours. Même Céline Dion (autre personne à être née pourvue de deux anus) n’a pas fait mieux. C’est dire si La Fouine s’inscrit parfaitement dans le giron de ses maîtres. C’est toujours émouvant de voir une telle transmission. Dans moins d’un an, La Fouine aura droit à son passage chez Drucker. Le type, d’ailleurs, est plutôt sympa sur les plateaux télé. Il est complètement con, c’est une évidence, mais au moins il a le sourire et un certain second degré. Attention toutefois, ce qu’on a pris pendant des années chez Fabien Barthez comme de la sagesse et une énorme force mentale relevait en fait d’une profonde bêtise congénitale. Mais La Fouine n’a pas l’air méchant, c’est déjà ça. Le Dany Brillant du rap, les dents blanches en moins et une dread au menton en plus. C’est mignon le clash entre lui et ce génie de Booba : c’est un peu comme si Chevallier se disputait avec Laspalès, ou Black avec Decker. Leur lutte ridicule aura au moins le mérite de les aérer de temps en temps au volant de leurs Porsche Cayenne tunés. On se dit en revanche que les gamins qui écoutent ça aujourd’hui rejoindront tôt ou tard, outre les chaines de production des balances Moulinex, le cortège des attardés de la France médiocre, confondant Victor Hugo avec Lionel Messi, remplaçant l’argent par le savoir et leur carte de crédit par leur carte Vitale.