Brake+The+Fall+puke

Ce qu’il faut d’arrogance, de misère intellectuelle et de cupidité pour sortir un album comme Dans la peau. Camélia Jordana, ou la bigleuse que tous les visagistes, maquilleurs, publicitaires… de TF1 et Universal ne parviendront jamais à rendre jolie malgré leurs innombrables efforts. Z’ont quand même « oublié » de lui raser la moustache et de la placer chez un orthoptiste. C’est déjà un gros souci : quand tu veux jouer la minette hipster branchouille (ça rime avec couille) et que tu ressembles à une Dalida portugaise (et naine en comparaison), ça veut non seulement dire que tu es une débile manipulable, mais aussi une putain de menteuse. Il y en a déjà tant en politique, pourquoi tu nous fait ça Camélia ? À sa décharge, il faut admettre qu’elle n’a aucune voix (une sorte de copie dégueulasse de toutes les voix « soul » du moment, à ce niveau-là on appelle ça de l’espionnage industriel) et ses textes sont aussi pertinents qu’une déclaration d’Emmanuel Macron. Elle va en vendre un petit millier de sa galette pourrie et avec un peu de chance, elle reprendra le chemin du lycée (du collège ?).