phil-patrickPhil Patrick est né en 1980, mais il se peut qu’il ait vécu avant. Adulé par les uns, détesté par tout le monde, Phil Patrick se définit lui-même comme « un esprit libre et un critique insoumis ».
>> Devenez pote sur Facebook avec Phil Patrick

Cette semaine, 5 disques imposés à notre génial critique Phil Patrick : Hélène Ségara avec Et si tu n’existais pas, Bertrand Cantat (Détroit) avec Droit dans le soleil, Roberto Alagna avec Robertissimo, Moby avec Innocents et Soan avec Sens interdits. Ses conclusions :

Hélène Ségara – Et si tu n’existais pas
Hélène Ségara a expliqué avoir pris du poids à cause d’un « traitement lourd contre la maladie ». C’est pas le plus grave, ne pleurez pas. Ce qu’il y a d’horrible, c’est cet album de reprises de Joe Dassin. Putain, même Carlos aurait pas osé. Alors ok, une chimio, ça coûte cher, mais t’es pas obligé de polluer tout le monde pour te la payer. Egoïste avec ça !

Bertrand Cantat (Détroit) – Droit dans le soleil
Bertrand Cantat n’a pas seulement perdu les femmes de sa vie (il lui reste encore sa mère j’espère) et un groupe triomphant (Noir Désir, merci pour eux), il a perdu sa capacité à innover, au moins d’un point de vue littéraire. Sa chanson ressemble plus au journal intime d’un petit garçon qu’à un texte écrit par un poète. Sur le plan musical, c’est encore pire. Ce Cantat là est une caricature, de celle que seraient sans doute devenu Kurt Cobain ou Jim Morrison, à débrancher les guitares pour faire dans le violon et le minimal. Trop jeune pour mourir, trop vieux pour se suicider. C’est triste.

Roberto Alagna – Robertissimo
Avec le melon qu’il porte, Roberto Alagna pourrait donner la chiasse à un régiment. C’est ce qui le rend finalement assez attachant. Le mec passe quand même chez Patrick Sébastien toutes les deux semaines, pousse la chansonnette sur TF1 dès qu’on le siffle et va jusqu’à se taper les émissions de musique classiques sur France 3 à minuit. Roberto est peut-être le pizzaiolo de l’opéra, mais c’est un putain de bosseur. Roberto, c’est un Américain. Comme André Rieu.

Moby – Innocents
Si tu connais suffisamment les deux premiers albums de Moby, tu ne peux pas objectivement supporter plus de dix secondes d’Innocents. J’avoue ne pas comprendre. Même à la SNCF ils ne voudraient pas de ça pour musique de l’une de leurs pubs. Ils auraient trop peur qu’on fasse l’amalgame entre la fainéantise de Moby et celle, proverbiale, de leurs agents.

Soan – Sens interdits
Soan, aka la poupée transgenre Hello Kitty Gothique, en est déjà à son troisième album avec Sens Interdits. Putain, si j’avais su ça plus tôt, je me serais pas emmerdé à aller écouter son album sur Deezer. J’aurais su qu’on avait à faire à un truc qui pue la contrefaçon, entre Saez, Noir Désir et Abd al-Malik. Autant les trois séparément, c’est de l’art, autant les trois dégueulassement réunis, c’est de la torture.