phil-patrickPhil Patrick est né en 1980, mais il se peut qu’il ait vécu avant. Adulé par les uns, détesté par tout le monde, Phil Patrick se définit lui-même comme « un esprit libre et un critique honnête ».
>> Devenez pote sur Facebook avec Phil Patrick

5 albums imposés cette semaine au meilleur critique musical vivant, Phil Patrick : Keen’V avec Ange ou Démon, David Bowie avec The next day, Maître Gims avec Bella (single), Joyce Jonathan avec Ça ira (single) ; Julien Doré avec Paris-Seychelles (single). Ses conclusions :

Keen’V, Ange ou Démon : oh putain. Comparé à Keen’V, Jenifer, c’est du Barbara. Stromae, c’est du Mozart. Même Zaz, ça devient du Ophélie Winter. C’est dire le truc dégueulasse. T’as l’impression d’avoir un connard en bas de ton immeuble qui écoute du son dans sa BX tunée (fenêtres fermées).

Collectif, Tropical Family : les Corses ont Patrick Fiori, les Bretons Nolwenn Leroy, les Antillais ont Tropical Family.

Maître Gims, Bella : ah, ah, ah, quelle bonne blague ce type. Et sa chanson, Bella… Je ne peux pas croire qu’une fille puisse être charmée par ça. C’est comme si elles trouvaient charmant qu’on leur chie sur les seins en signe d’amour. Et le Gims avec sa voix de moteur diesel qu’aurait bouffé une chèvre, bon sang qu’il a l’air ridicule.

Joyce Jonathan, Ça ira : quand on me dit Joyce Jonathan, je pense Thomas Hollande. Et quand on me dit Thomas Hollande, je pense François Hollande. Et quand on me dit François Hollande, je pense… Ségolène Royal. Et là j’ai peur. Sinon, la chanson de la petite est à l’image de sa voix et de son vocabulaire : pauvre.

Julien Doré, Paris-Seychelles : le David Charvet des bobos passait bien sur la scène de la Nouvelle Star. Entouré de débiles mentaux et de chanteuses de camping, il paraissait bon le Julien. Depuis qu’il pique du fric aux gens avec sa musique, ça se voit à chaque single un peu plus : le gars est mauvais. Les paroles sont vides, la musique creuse, la voix maniérée… Désespérant.