phil-patrickPhil Patrick est né en 1980, mais il se peut qu’il ait vécu avant. Adulé par les uns, détesté par tout le monde, Phil Patrick se définit lui-même comme « un esprit libre et un critique insoumis ».
>> Devenez pote sur Facebook avec Phil Patrick

Cette semaine, 5 disques imposés à notre critique Phil Patrick : Vincent Niclo avec Luis, Rohff avec PDRG, Birdy avec Fire Within, Linda Lemay avec Feutres et Pastels, Yodelice avec Square eyes.

Vincent Niclo, Luis
En fait, l’album s’appelle Luis parce que c’est un hommage à Luis Mariano. Rien à voir, donc, avec Luis Fernandez, ou Émile Luis (le cousin espagnol d’Émile Louis). Le gars – Vincent Niclo, pas Émile Louis – a quand même de la chance d’être sponsorisé par TF1. Sans ça, il ferait des karaokés et des mariages ch’tis. Pas plus de charisme qu’un membre du Gouvernement, et bien moins qu’Émile Louis !

Rohff, PDRG
Attention Phil, tu vas dire des conneries, mais c’est tout de même bizarre d’avoir pour nom de scène le cri d’un poivrot qui éructe sa dernière clope. La petite copine de La Fouine balance une dizaine de morceaux littérairement pathétiques. Évidemment, quand tu fais du rap, avoir des paroles aussi pourries que le fond du caleçon de Renaud, ça craint.

Birdy, Fire Within
Qui, en France, peut écouter Birdy (qui cartonne en haut des charts) ? En Angleterre, je comprends : les mecs se supportent les uns les autres. Mais nous autres Gaulois ? Ca plaît à qui putain ? C’est triste, c’est moche, c’est limite de la pédophilie musicale. Ça dégage !

Linda Lemay, Feutres et Pastels
Linda Lemay, c’est un peu la Arlette Chabot de la chanson francophone. Le côté sexy (si, si) en moins. Une fois de plus, la Linda nous parle de ses déboires de cougar en manque de bites, de ménagère de mauvaise foi (parce qu’une cuisine équipée, c’est quand même cool) et de… Québécoise. Lamentable.

Yodelice, Square eyes
Yodelice, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, c’est Maxim Nucci, le père du fils de Jenifer (quel cul !). Ça te donne une idée du niveau. C’est aussi le mec qui vient tout gâcher avec sa chanson à la con (Talk to me) dans Les petits mouchoirs, un film qui aurait pu être réussi sans cette présence artificielle. Maxou a plein de copains et de copines fantastiques, ce qui explique qu’on le voit à la télé. Comme Carlos (le chanteur, pas le prisonnier politique) à l’époque, avec Johnny, Sylvie Vartan… On attend maintenant que Yodelice se hisse au moins au niveau de Big Bisou. Y a encore du travail.