Tal est née en Israël et est arrivée en France 12 mois plus tard. Si même la Nation s’en est débarrassée, c’est peut-être pas un hasard. En France, on accepte n’importe quoi. Du Québécois par tonnes (Garou, Céline Dion, Natachatte St Pier…), de la Néerlandaise (Dave), du Belge (Stromae, Brel, Johnny et autres buveurs de pisse), de la Bulgare (Sylvie Vartan), de l’Égyptien (Claude François), de l’Anglaise hystérique (Jane Birkin), même du Corse (Patrick Fiori, Jenifer : que du lourd) ! Le plus difficile à accepter, c’est que Tal vende autant de disques. Un jour ou l’autre, ça se paiera. Un jour ou l’autre, toutes les gamines qui écoutent en ce moment Tal dans leur piaule vont piger qu’elles se sont fait baiser. Et là, ça va chier, y a des parents qui vont se faire massacrer à grands coups de couteaux dans leur sommeil, des mamans éventrées et des papas émasculés. On peut pas faire n’importe quoi avec nos gosses putain. Staline lui-même le rappelait : « une civilisation qui ne prend pas soin de ses enfants est une civilisation vouée à disparaître ». Encore un album de Tal et c’en sera fini de la nôtre ! (Phil Patrick)

>> Devenez pote sur Facebook avec Phil Patrick