Le dieu grec de la chanson poilue est mort ce week-end, à Athènes. Et l’horreur du monde n’est rien en comparaison.

Il s’en est passé des choses ce week-end en Grèce. L’extrême-gauche est arrivée au pouvoir (ça changera rien les gars, mais bon…), le prix de la baguette a atteint un nouveau record (1000 euros le quignon) et… Demis Roussos est mort. Né Artémios Ventoúris Roúsos (Αρτέμιος Βεντούρης Ρούσος) en 1946, le garçon s’est d’abord fait connaître au sein du groupe de pop psychédélique Aphrodite’s child avant d’entamer, avec un succès fou, une carrière solo en 1971. Comme un malheur n’arrive jamais seul, c’est Nikos Aliagas qui a annoncé la mort de l’artiste. Double condoléances, donc, à sa famille.