Dick Rivers a le moral dans les chaussettes (noires). Il n’a plus que deux obsessions : sa mort et son brushing.

Le petit prince du rock’n’roll français ne va pas fort. Depuis sa « mauvaise chute », c’est très compliqué pour lui. Il était attendu aux Folies Bergère le 28 janvier, mais n’a pas pu assurer le show. Il ne se produira pas non plus à La Bourse du Travail de Lyon ni à la Maison du Peuple de Belfort au mois d’avril. Le Dick avoue « penser à la mort, parce que c’est la fin, [il] le sait ». Ben alors mec, ça va pas de nous balancer ça comme ça à la gueule ? On va faire comment nous sans toi ? Putain, ne nous abandonne pas Dick, tu peux pas nous faire ça. Ok, on ne connait aucune de tes chansons, mais t’es comme un père pour nous, et puis ton brushing, oh putain ton brushing, c’est une Institution française ! On a déjà perdu Charlie, alors prend ton temps pour revenir Dick, mais arrête avec cette connerie de mort imminente. Arrête.