Par Phil Patrick


Zicabloc a fait gagner le mois dernier le dernier album – dédicacé s’il vous plaît – de Dick Rivers, dernier album qui porte l’énigmatique nom de Mister D (mais qui cela peut-il être ?). Bref, c’est franchement pas un cadeau, quoiqu’en disent ces messieurs de la direction (une bande de branleurs). Parce que cet album de Dick Rivers, c’est comme les autres : on s’en souviendra pas, sa sortie passe ridiculement inaperçue, sa promo est aussi puissante qu’un pet de mouche. Triste. Signé Dick quoi…

Faut dire que le gars, il est pas très malin. Déjà, prendre un pseudo aussi tordu que « Rivière de bites », faut être un brin maso. Et copier le look d’Elvis Presley depuis 60 ans quand on a un charisme équivalent à celui d’un Michel Mercier fiévreux, ça tourne franchement au pathétique. En fait, voilà, Dick, c’est le ringard de la famille, celui qu’on invite parce qu’il nous fait un peu de peine et puis parce qu’il est pas très bruyant, au fond, le gars. On ne pourra pas, cela dit, reprocher à Dick Rivers de faire ça pour le fric. Car selon nos informations, sa maison de disques ne le paie pas très cher et elle perd de l’argent à chaque sortie d’album (l’équivalent de la dette grecque depuis 60 ans que ça dure). Encore le syndrome du brave type carrément ringard, mais tellement adorable et qu’on invite partout.

Qui peut citer, là, comme ça, de but en blanc (cette expression est magique), une chanson de Dick Rivers (que les gens nés avant 1930 ne participent pas à ce jeu, s’il vous plaît) ? Personne ! Ben non, Dick Rivers est autant une légende de la chanson française que Freddie Mercury est une légende de la séduction hétérosexuelle. Mais Freddie, lui, il avait quelque chose, un truc que n’a pas Dick Rivers, malgré tous ses efforts (il paraît que le gars a arrêté de fumer en 1974), quelque chose de… comment on appelle ça déjà ? Comment ? Ah oui, le talent !

Pour en finir avec Dick Rivers et la sortie de son nouvel album, Mister D, on va quand même parler du contenu de ce même album. Ça y est ! C’est fait.