Par Audrey Plumard


Le groupe de musique médiévale Dionysos est de retour dans les bacs avec un album au titre aussi lourd qu’une choucroute au petit-déj’, Bird’n’roll. Si y avait que le titre, ça irait encore. Le problème, c’est que tout dans cet album est à jeter (ou si vous préférez, rien n’est à garder). Je veux bien que le Mathias soit fan d’Edgar Poe et des films de Tim Burton, mais bon sang, il y a semble-t-il eut un petit problème de digestion. Dionysos est au rock français ce que Pascal Obispo est à la comédie musicale : un truc lourd, arrogant, mielleux, branchouille dégueulasse. C’est plat, répétitif et ça sent définitivement trop bon le savon pour que Dionysos soit pris au sérieux. Alors oui, ça plaira sans doute aux attardés qui regardent The Voice avec l’envie d’en faire partie, mais ça ne devrait pas dépasser le public de TF1. Enfin, on espère.