Par Laurent Routier


Ça y est : Monsieur Eddy, Schmoll, Longtarin, Banane… tire sa révérence et dit adieu à la scène. Ma dernière séance est et sera son dernier album live. C’est toujours un peu choquant de voir les gens préparer ainsi leur mort. C’est triste aussi, concernant Eddy Mitchell. Bon, c’est pas que le gars était un monstre sur les planches (n’est pas Thierry Amiel qui veut), mais ça fait quand même un peu chier de le voir partir le Père Moine. À 70 ans, on se dit que ce retrait pourrait au moins avoir le mérite de donner l’exemple à tous les autres vrais squatters de salles musicales et dont même les services sociaux du Perreux-sur-Marne ne veulent plus pour la soirée de l’Amicale des Jeunes Puceaux Blessés en Algérie (AJPB) en 61. Des mecs comme Yannick Noah, Jacques Dutronc, Johnny Hallyday (avec tout le respect qu’on doit à ce dernier, ça va quand même faire un choc de le voir monter sur scène avec un déambulateur en 2012), Charles Aznavour (maintenant que le génocide arménien va être reconnu en France, Charlie va-t-il enfin casser sa pipe ?)… Eddy Mitchell aura été un exemple, jusqu’au bout, pour nous tous. On espère qu’il le sera aussi pour ses pairs. Et on espère que Mister Eddy continuera son œuvre en studio. Faut pas déconner non plus !