Par Eric Nullo


Eskemo est un groupe de rock emo français. Rires. Je dirais plutôt qu’Eskemo est la dernière pustule d’Universal, le Tokio Hotel français, c’est dire à quel point notre beau pays est dans la merde. Déjà le nom, « Eskemo » : ça se rapproche quand même du mot « excrément ». Mais on ne reprochera pas à Eskemo d’être composé d’une bande de frangines hyper stylées et sans doute plus préoccupées par la dernière nouveauté made in Zara que par travailler leur musique. Non, ils en sont incapables, alors pourquoi se battre ? On reprochera plutôt à Eskemo d’être les Justin Bieber du rock en France, à savoir des putes fascisantes seulement occupées à pourrir les cerveaux de nos enfants. Eskemo, l’expression de l’adolescence ? Rires bis. Ce n’est pas les ados que je connais. Vous avez déjà vu des ados occupés à passer des heures devant leur miroir de salle de bain à affiner leurs coupes de cheveux de mémères versaillaises ? Eskemo ne pourra plaire qu’aux filles à papa qui rêvent de se faire bourrer le coin par un pénis japonais, aux jeunes garçons qui ont fait des programmes de merde d’Endemol leurs nouvelles encyclopédies. Et Eskemo plaira aussi aux parents qui ne verront en ce groupe aucun danger pour leur progéniture (évidemment, c’est pas avec Eskemo que les ados vont sortir dans la rue pour fumer de la bagnole), en oubliant que l’adolescence est LA période fondamentale de construction de l’identité culturelle de chaque individu.