Le 11 septembre 2001, la pyrotechnie prenait une nouvelle orientation, comme la diplomatie mondiale. Tout ça en quelques heures seulement à New York. Ils sont forts les Ricains quand même. Et d’un point de vue musical, il s’est passé quoi le 11 septembre 2001, précisément ?

L’été 2001 commençait mal

Il avait mal commencé cet été 2001. En juin sortait le dixième (!) album de Depeche Mode, « Exciter ». Ça sentait déjà un peu le caca. Et puis il y eut cette tragédie : la mort dans un accident d’avion (tiens, tiens…) le 25 août, d’Aaaliyah, la petite reine du r’n’b et la première Rihanna. Le 11 Septembre le World Trade Center s’en prenait deux sur la gueule. Le même jour, oui, le même jour, deux albums rock sortaient : l’un en France, l’autre aux États-Unis.

11 septembre en France

En France, ce fut Des visages, des figures de Noir Désir. Un album dont la piste 2 s’intitule… Le grand incendie et dans laquelle Cantat dit : « Ca y est, le grand incendie / Y’a l’feu partout, emergency /Babylone, Paris s’écroulent / New York City, Iroquois qui déboulent / Mainteant… Allez ! » (premier couplet). Bizarre. D’autant qu’il s’agit là du dernier album studio de Noir Désir avant « l’affaire Vilnius » et la mort du groupe.

11 septembre aux Etats-Unis

Aux États-Unis, l’album sorti le 11 septembre 2001 est celui du groupe de trash metal Slayer baptisé God Hates Us All. Bon, ce genre de titre dans l’univers du trash metal, ce n’est pas franchement une surprise. Alors ça ne veut sans doute rien dire. Mais c’est amusement de lire les titres de la tracklist de l’album : Darkness of Christ, Disciple, God Send Death, New Faith, Cast Down, Threshold, Exile, Seven Faces, Bloodline, Deviance, War Zone, Here Comes The Pain, Payback.

Dès le 11 septembre (enfin, dans l’après-midi), toutes les radios du pays se mirent d’accord pour établir une liste de chansons à ne plus diffuser (jusqu’à nouvel ordre), certaines d’entre elles traitant de trop près le sujet « aviation ». Exemples : Aeroplane (Red Hot Chili Peppers), Fly Away (Lenny Kravitz), I believe I can fly (R-Kelly)…

Enfin, comme l’été n’avait pas été assez pourri comme ça, l’automne nous enleva George Harrison, le 29 novembre.