Il y a des groupes comme ça qui ne sont pas nés sous une bonne étoile. Des groupes qui, quoi qu’ils fassent, ils ne peuvent pas éviter leur funeste destin. T’as beau prendre l’avion parce que la route c’est trop dangereux et bah dommage, tu te tapes un crash aérien.

1 – Lynyrd Skynyrd
Dans la catégorie « on a vraiment un karma tout pourri », Lynyrd Skynyrd, comme on dit, ça se pose là. Pourtant ce groupe avait absolument tout pour lui. Des musiciens excellents, un chanteur, Ronnie Van Zant, avec une voix tellement en phase avec le style du groupe, qu’elle est devenue légendaire, et une capacité inconnue jusqu’alors (on est en 1973) à écrire des tubes de neuf minutes, « Free bird », en l’occurrence. Mais Lynyrd Skynyrd, c’est aussi le groupe le moins épargné par le mauvais sort de toute l’histoire de la musique. L’accident d’avion du 20 septembre 1978 a coûté la vie à Ronnie, mais aussi à Steve Gaines, à la soeur de celui-ci, et à Dean Kilpatrick, un membre du crew. Puis les années défilent, et les membres de Skynyrd voient presque tous passer la faucheuse à une heure prématurée : Allen Collins (guitare) meurt à 38 ans, le 23 janvier 1990, des suites d’une pneumonie, alors qu’il était déjà à moitié paralysé depuis un accident de la route qui a coûté la vie à sa petite amie. Son épouse était décédée depuis 10 ans, d’une fausse couche qui a mal tourné. Leon Wilkeson (basse) est retrouvé mort à 49 ans dans une chambre d’hôtel de Ponte Vedra Beach (Floride) le 27 juillet 2001. Il aurait peut-être été assassiné en marge d’une sombre affaire de stups, il y a même un livre (The unsolved murder of Lynyrd Skynyrd bassist Leon Wilkeson, de Dale Bowman) qui défend cette thèse. Le claviériste Billy Powell, seul rescapé du crash, à l’époque, en état d’assister aux obsèques malgré une très grave blessure au visage, les rejoint en 2009, à 57 ans (crise cardiaque), et pour les remplaçants des membres d’origine, même combat. Le guitariste Hughie Thomasson (crise cardiaque à 55 ans, en 2007) et le bassiste Ean Evans (cancer à 49 ans) n’ont pas eu plus de chance. « Free bird », jadis dédicacée par Ronnie Van Zant à Duane Allman, lui aussi mort beaucoup trop tôt, est devenu un hymne à la fuite en avant, testament imprévu et dérisoire d’un groupe pulvérisé en plein vol (sans jeu de mots).

Beaucoup trop de Y !



2 – The Ramones
Dans la série « je pratique l’éclatage de moi-même comme si ma vie en dépendait, d’ailleurs elle en dépend, mais je m’en préoccuperai une autre fois », les Ramones sont peut-être les champions du monde, si l’on considère que c’est une discipline collective. Dee Dee Ramone (basse, de son vrai nom Douglas Glenn Colvin) mettra tellement de coeur à l’ouvrage à se détruire qu’il devra quitter le groupe, usé comme un vieillard, à tout juste 38 ans. Il aura néanmoins eu le temps de suivre une trajectoire inespérée, pour un mec qui n’avait aucune autre arme pour réussir dans la vie que l’insouciance, et une fantastique confiance en lui. Les Ramones, au départ, c’est juste quatre mecs (absolument pas frères) et un manager de fortune, perdus dans le Queens, incapables d’aligner trois accords correctement, drogués, alcooliques, exerçant de petits boulots (même la prostitution pour Dee Dee) pour financer leurs dérives. Mais grâce à un formidable concours de circonstances, un talent inné pour les chansons simples et efficaces, et un truc en plus que n’avaient pas les autres, les Ramones vont durer. Ils feront plus de 2 000 concerts, en 22 ans de carrière. Mais dès que la pression est tombée, 3 des 4 membres originels ont baissé le rideau : Joey (chant), le 15 avril 2001, à 50 ans, d’un cancer de la lymphe ; Dee Dee, le 5 juin 2002, d’une overdose, et Johnny (guitare), le 15 septembre 2004, à 56 ans, d’un cancer de la prostate. Ils sont morts chacun dans leur coin après avoir passé des années (dont beaucoup en étant actifs) sans se parler, même pas en loges. Over punk.

The Ramones



3 – Def Leppard
Def Leppard n’a pas de chance. Def Leppard est un groupe anglais qui sonne comme un groupe américain, déjà. Pire, Def Leppard est un groupe anglais composé de membres qui détestent le glam de Mötley Crüe ou de Poison, mais qui rencontrent le même succès planétaire, auprès du même public, et ça, ça agace Joe Elliott et les siens. Et Def Leppard, c’est une bande de mecs qui a dû affronter la mort et le handicap comme deux troncs de séquoias dans la roue de la gloire, mais qui l’a fait avec dignité, solidarité, et une fidélité en amitié absolument incroyable à l’égard de leur cadet, Rick Allen, leur batteur qu’ils ont recrutés alors qu’il n’avait que quinze ans. Le 31 décembre 1984, Rick Allen, âgé de 21 ans à peine, perd son bras gauche dans un accident de voiture alors qu’il se rendait chez ses parents pour fêter la Saint-Sylvestre. Lorsqu’il dit aux autres qu’il trouvera une solution pour continuer à jouer avec un seul bras, il est pris au mot. Steve Clark, lui, n’a pas réussi à surmonter son problème d’alcool, et en meurt le 8 janvier 1991, à 30 ans. Il n’avait pas donné signe de vie au groupe depuis plus de six mois, et les autres membres cherchaient une solution pour l’aider à combattre son alcoolisme. C’est Vivian Campbell qui le remplacera. Tout cela n’a pas empêché Def Leppard d’écouler plus de 65 millions d’albums dans le monde. Le léopard est un animal coriace.

Def Leppard



4 – Decapitated
La planète death métal toute entière s’est arrêtée de tourner le 28 octobre 2007. C’est ce jour maudit qu’a basculé le destin de l’un des plus solides espoirs de la scène internationale, le groupe polonais Decapitated, qui arpente les routes depuis déjà dix ans, avec en son sein des musiciens qui ont commencé à faire parler d’eux en même temps que leurs copains de classe étaient… en classe. Les frangins Kietylka, Waclaw et Viktor (Vogg et Vitek) préfèrent travailler le headbanging et le blast beat, et ils y mettent toute l’énergie qu’ils peuvent, jusqu’à devenir, très tôt, des références du genre. Leur album Organic Hallucinosis est au bord de les propulser aux côtés des deux grands pontes de la scène death polonaise, les darons de Vader et les sophistiqués Behemoth. Mais une route russe, un camion transportant du bois et la malchance auront raison, pour un temps, de l’ascension fulgurante du groupe. Vitek perd la vie à 23 ans, après quatre jours à l’état végétatif dans un hôpital. Le chanteur, Covan (Adrian Kowanek, né en 1977), restera de longs mois dans le coma, avant de se réveiller dans un corps cassé, beaucoup trop long et difficile à réparer pour lui permettre de remettre le couvert avec ses potes. Vogg, dévasté par la mort de son frère, mettra quatre ans à remonter son projet, avec une équipe neuve, et un album qui tient la route, pas comme ce putain de van.

Decapitated



5 – The Allman Brothers Band
Ils ne s’appelaient pas tous Allman, dans le Allman Brothers Band. En fait, il y’en avait deux, des Allman, effectivement frères : Duane, et Gregg. Gregg chante, joue de l’orgue, avec un certain talent. Duane, lui, est classé par le magazine Rolling Stone second meilleur guitariste de tous les temps derrière l’intouchable Voodoo Child, Jimi Hendrix. De là à dire si la rédaction de RS a été attendrie par le destin tragique du bonhomme… parce que Duane Allman est un musicien de génie qui, le 29 octobre 1971, alors qu’il n’a même pas 25 ans, perd la vie sur une route située à quelques hectomètres de son patelin d’origine, Macon, en Géorgie, broyé en même temps que sa Harley-Davidson par un camion. Rude, insurmontable, et pourtant le groupe continue, Gregg en tête, parce que la musique, il l’a chevillée au corps et qu’il ne veut rien faire d’autre, comme son pote de toujours, le bassiste Berry Oakley. Mais Berry, il aime aussi les virées en bécane. Pas superstitieux, lui aussi roule sur l’asphalte de Macon, et lui aussi verra sa vie s’arrêter net, à quelques dizaines de mètres à peine de l’endroit où Duane Allman a rendu son dernier souffle. C’était en novembre 1972, un an et des bananes après la première tragédie qui a frappé le Allman Brothers Band. Aujourd’hui, les tombes de Duane et de Berry sont côte à côte. Le fils de Berry Oakley, Berry Oakley Jr, porte comme second prénom celui de l’aîné des Allman. Quant à Gregg, lui, il a prouvé qu’il était un type solide, parce que quarante ans plus tard, et des problèmes de santé par valises entières (hépatite C, greffe de foie en 2010), il chante encore, à 65 ans.

The Allman Brothers Band