Doc Gynéco disait, dans L’homme qui ne valait pas 10 centimes : « Y a qu’les morts qui parlent pas ». Vrai ! Mais ils chantent ! Sacré Riton, toujours dans les bons coups (c’est pas Jean-Marie Perrier qui dira le contraire), même dans la tombe. L’a jamais vendu autant de disques de son vivant. Ça valait quand même la peine de mourir (Jenifer ferait bien de le comprendre). Bon, c’est quoi au juste cet album posthume ? Tant de temps. Déjà, le jeu de mots, il est superbe. C’est Laurent Ruquier qui a trouvé le titre ? Pour le reste, eh ben comme d’habitude, Henri Salvador fait de la musique pour papi gâteux, pour naïfs limite déficients mentaux, pour mémères nostalgiques d’une nuit de noces à Longjumeau à l’hôtel Formule 1 (y a déjà 35 ans !). Bref, Tant de temps est à l’image de son interprète : un truc en décomposition, et les odeurs qui vont avec. (Audrey Plumard)