Par Audrey Plumard


En voyant le titre du nouvel album d’Hugues Aufray, j’ai cru qu’il se lançait dans la fringue, façon Victoria Beckham ou Lady Gaga. En fait non : Hugues Aufray joue juste la carte de l’authenticité. C’est là que j’ai envie de dire à Hugo : pourquoi ? Non, parce que ça fait un moment maintenant que l’on sait que le mec est plutôt du genre rustique. Un titre pareil, du coup, ça fait suspicieux. C’est comme une boite de pâté Leader Price sur laquelle serait indiquée la mention : depuis 1974. Ça sonne un peu bizarre. Et puis, pour en revenir à ce que j’écrivais un peu plus haut, ça servait pas à grand’ chose de nous signaler que le bonhomme est un gars du terroir. Les cheveux longs un peu crades, la joue maquillée au naturel de couperose, des thèmes de chansons comme l’eau qui coule, le foin qui sèche et le cheval qui crotte, ça trompe pas quand même, si ? Bon, Hugues Aufray aura au moins le mérite, par ce titre d’album, de ne pas jouer sur la jeunesse éternelle et toutes les conneries du genre (à commencer par Johnny Hallyday). Mais c’est encore autre chose que de lâcher définitivement la corde…