T’en as rêvé, FOK l’a fait. Je te présente la dream team du rock. LE groupe qui tue sa race et la race de ta mère. Ça n’a pas été facile.

Après avoir longuement auditionné tout ce que le rock compte de fabuleux, d’exceptionnel et de légendaire, j’ai sélectionné le line-up parfait et formé le meilleur groupe de rock du monde. Et si t’as quelque chose à en redire, tu peux aller te branler sur le dernier disque des Enfoirés.

Chant : Freddie Mercury (Queen)
J’ai casté pas mal de mecs pour le rôle du chanteur de mon meilleur groupe du monde. La belle gueule de Jeff Buckley, d’où sort une voix pleine de grâce et remplie d’âme, aurait pu faire l’affaire. J’ai aussi eu un joli coup de cœur pour Chris Cornell, un vrai chanteur de rock au timbre puissant et chaleureux. J’ai même considéré la bouleversante Janis Joplin, qui me flanque des frissons à chaque tour de chant. Sauf qu’une meuf dans un groupe de rock ça fout toujours le bordel… Mais alors que la sécurité finissait le tabassage en règle d’un Julien Doré qui avait tenté de taper l’incruste, l’évidence s’est pointée, simplement vêtue d’une cape et d’un collant. Oui, Freddie Mercury est le chanteur parfait. « Performer » et show man de classe mondiale, sa technique vocale mieux que parfaite fait qu’il n’est emmerdé par aucune chanson. C’est simple : il peut tout chanter, et de surcroît mieux que tout le monde. Autant de qualités qui valent bien le risque d’un petit doigt dans le cul au hasard d’une repet’.

Guitare : Jimi Hendrix
Là pour le coup, y’a pas eu photo. Page ? Clapton ? Van Halen ? Zobi mon pote ! The number one de la gratte, c’est Jimi et personne d’autre. La guitare n’existait pas avant lui et n’existe plus depuis. En deux albums (Are You Experienced ? en 1967 et Electric Ladyland en 1968), Hendrix a déclaré une flamme inégalée à l’amour de sa vie : la six cordes. Tous les gratteux du monde se sont frottés aux Purple Haze, The Wind Cries Mary et n’importe quelle autre saloperie géniale que le mec a pondu. L’enfoiré donnait en plus l’impression d’une facilité absolue dans la maîtrise de son instrument. En fait, c’est comme si ses doigts chantaient. Et celui du milieu te dit que tu peux continuer encore longtemps à t’écorcher les doigts sur ta guitare.

Basse : Paul Simonon (The Clash)
Dans mes auditions pour rejoindre mon groupe de rêve, j’avais retenu trois mecs pour tenir le rôle du bassiste : Paul McCartney, Flea et Paul Simonon. J’ai choisi le dernier. Et pas seulement parce que tu ne sais pas qui c’est, espèce de tâche. C’est vrai que Paul Simonon n’est pas le membre plus connu de The Clash. N’importe quel connard même un peu éduqué te citeras les noms de Joe Strummer et Mick Jones avant le sien. Pourtant, le gars est un pilier de la musique si particulière et marquante du groupe. La plupart des tubes du groupe portent d’ailleurs son empreinte. Tu remarqueras que les « riffs » de Should I Stay Or Should I Go, de London Calling ou de Magnificient Seven ne sont pas des « riffs » de guitare, mais des « riffs » de basse. Alors que la basse a, dans le rock, généralement une fonction rythmique à la colle de la batterie, Paul Simonon donne à son instrument une vraie portée mélodique qui ne souffre d’aucune perte d’énergie. Pour preuve : la pochette de London Calling est une photo de Paul Simonon en train de fracasser sa basse lors d’un concert à New York. J’espère que la prochaine fois, ce sera dans ta gueule.

Batterie : Keith Moon (The Who)
On dit qu’il n’y a pas de bons groupes de rock sans bon batteur. C’est vrai et The Who était un sacré bon groupe de rock. Alors oui, la marque du guitariste Pete Townsend, y est pour beaucoup. Mais le rendu n’aurait pas été le même sans l’hallucinant (et l’halluciné) Keith Moon. Il faut voir le mec en pleine action, complètement habité,
limite autiste, la frappe venue de nulle part, s’exciter sur ses fûts comme si sa vie en dépendait. Bon, faut le dire, Moon est complétement cinglé. À l’intérieur de son cerveau, chaque neurone dit perpétuellement merde à l’autre. Et quand bien même le mec est techniquement ultra doué, c’est la beauté anarchique de son jeu de batterie qui fait de Keith Moon un batteur unique au monde et sans rival pour intégrer le meilleur groupe de rock de tous les temps.
le-plus-grand-groupe-de-rock-de-lhistoire