I Got You - (I Feel Good)

« I got you (I feel good) », telle qu’on la connaît aujourd’hui, est enregistrée par James Brown à Miami le 6 mai 1965. Le titre a toutefois été écrit 4 ans auparavant, au moins sa structure de base, sous le titre « I found you ».

James Brown et les Famous Flames

C’est Brown lui-même qui en est l’auteur et le compositeur, à la différence de bon nombre de titres de cette époque qu’il coécrits avec les membres de son groupe, The Famous Flames. James Brown a rejoint la formation de manière définitive à partir de l’année 1953. Le garçon sort alors de prison où il a passé trois années pour vol à main armée (lors de son procès, il avait été condamné à 8 ans d’incarcération). Comme d’autres, James Brown, de son aveu même, doit sa survie à la musique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il va bien lui rendre. Avec les Flames, il prend rapidement le leadership et le groupe connaît le succès dès l’année 1956 avec le single « Please, Please, Please » qui fait une entrée fracassante dans le top 10 du Billboard américain. Les Flames deviennent très vite le « groupe accompagnateur » de James Brown. L’aura, le charisme et le génie de ce dernier le distinguant nécessairement. Au moment où il pose les bases d’ »I feel good », avec « I found you en 1961 », James Brown est une valeur sure de l’industrie du disque et une figure « à part », au moins musicalement. Si son style doit beaucoup au rhythm’n’blues et à la soul, James Brown intègre aussi les codes du « nouveau » style fraîchement apparu, le rock (n’roll), autant que sa culture gospel, jazz et blues. Cette ambition musicale distingue James Brown de tous ses contemporains. Mais en 1962, au moment où il souhaite enregistrer « I found you », le jeune James Brown (il a à peine 30 ans), « obéit » encore à sa maison de disques qui lui conseille de plutôt produire la chanson au lieu de l’interpréter lui-même. « I found you » est ainsi enregistrée par Yvonne Fair et produit « sagement » par James Brown : il s’agit alors d’une chanson dans le pur style rhythm’n’blues (même si James Brown a déjà, à cette date, d’autres prétentions). Le single d’ »I found you » sera un échec commercial. C’est pourtant à partir de ce premier jet que James Brown s’apprête, en mai 1965, à enregistrer son plus grand classique et l’un des actes fondateurs du style funk.

I FEEL GOOD

La question de savoir si « I feel good » est LA première chanson funk de l’histoire a occupé bon nombre de spécialistes depuis la fin des années 60. Le fait est qu’ »I feel good » ne ressemble (comme d’autres morceaux de Brown, par exemple « Papa’s got a brand new bag ») à aucune autre chanson de son époque. Ce n’est ni du rock anglais (qui vient d’envahir le monde avec les Beatles, les Stones et bien d’autres), ni du rock’n’roll originel, ni tout à fait du blues, pas même du rhythm’n’blues. « I feel good » est une sorte de fusion de plusieurs styles musicaux. En ce sens, « I feel good » est une chanson funk. Le terme (dans son acception musicale) ne sera utilisé que quelques mois plus tard (notamment par les médias), mais « I feel good » est l’un des premiers fruits créés par James Brown avec pour ambition de réunir en un seul style, tous les précédents (à plus ou moins forte intensité). Du rhythm’n’blues, « I feel good » en a la structure de base, mais par rapport à « I found you » (outre les paroles évidemment), James Brown y intègre une batterie (jazz et rock) avec déjà cette tendance, au moins sur « I feel good », « d’appuyer sur le premier temps », un trait de musique qui sera quelques années plus tard la marque de fabrique de Brown – on nommera ce temps si particulier, « The One ». Du blues, elle en a la fraîcheur et la simplicité apparente. Du rock encore, elle en a surtout… la voix. De ce point de vue, James Brown a pour principal mentor l’un des Pères fondateurs du rock, Little Richard. Inutile d’être musicologue pour repérer (et savourer) les similitudes entre les intonations de Little Richard et celles de James Brown, cette voix presque plaintive, à la fois écorchée et claire, Brown disposant toutefois d’une puissance « de coffre » supérieure à celle de Little Richard. Puis il y a – dans « I feel good » – la (l’omni) présence des instruments à vent : 4 trompettes, 5 saxophones (dont Maceo Parker). En 1965, personne n’a jamais fait ça. En 1965, James Brown a déjà posé les fondements du funk, en tout cas sur « I feel good » (il lui manque peut-être une guitare plus audacieuse pour que ce soit du funk total).

I feel good n°1 au Billboard

Le single sort en octobre 1965. Le succès est rapide et énorme. Pour la première fois de sa carrière, James Brown s’offre un n°1 au Billboard US et sa chanson d’amour réconcilie tous les publics : fans de rock (même anglais), amateurs de rock’n’roll, nostalgiques du rhythm’n’blues… I feel good devient rapidement la chanson phare de James Brown, « son » tube (même s’il y en déjà et qu’il y en aura encore beaucoup d’autres). Le morceau est évidemment incorporé dans l’album – qui porte aussi le titre de la chanson – qui sort en janvier 1966. Et lui aussi flirte avec les premières places des charts. Les années suivantes, James Brown continuera sa quête de funk, proposant une musique toujours plus audacieuse et moderne, sans qu’on ne puisse jamais lui reprocher de se « couper » de ses racines rhythm’n’blues et rock.

Biographie James Brown

James Brown est un chanteur-danseur-producteur américain né en 1933 et décédé le jour de Noël 2006. Appelé communément The Godfather Of Soul ou encore The Hardest Working Man in Show Business, il est le fondateur du funk, remplissant des salles combles à chaque passage, reconnu pour ses performances scéniques et jouissant d’un succès jamais démenti.