Il y a un an, nous écrivions ici même que Keen’V ne passerait pas l’été (2011). Nous avions tout faux. Revoilà le gars avec un nouvel album, La vie est belle. Un titre qui en dit long sur les ambitions de Keen’V : ne surtout pas se faire chier. L’été est donc la période de vie de Keen’V. Comme le moustique. Et personne n’osera dire le contraire, le moustique, c’est un sacré enfoiré, profitant de la nuit pour foncer sur l’épiderme sucré de nos peaux déshabillées. Et une piqûre du moustique, ça gratte, ça énerve, ça rend fou. Le moustique est un enfoiré (bis). Keen’V a l’air d’être un gentil garçon, mais son album, ça ressemble à un couscous préparé par un Breton. J’ai rien contre le Breton et j’adore le couscous, mais je boirais pas non plus un pastis fabriqué par un Danois. Alors oui, la vie est belle, mais elle se termine mal (si, si). Et c’est aussi valable pour le moustique, cet enfoiré (bis, bis). (Audrey Plumard)