Les anciens se souviennent : les années 70 dans le milieu du rock furent très expérimentales, tant d’un point de vue musical que sur le plan des drogues… Voici par année les substances qui firent fureur dans les 70s, ou ces dix drogues préférées des fans de rock et leurs idoles dans les années 1970.

1970 : Angel Dust, à l’origine un calmant vétérinaire qui fit des ravages en Californie : suicides, auto-mutilation, cannibalisme… Elle se fume parfois mélangée avec du cannabis d’où son appellation de supergrass.

1972 : Mandrax, un autre calmant, utilisé en infusion avec du whisky. En 1972, il était l’un des six sédatifs les plus vendus sur le marché américain où il était vendu sous le nom de Quaalude. Très populaire dans les universités américaines.

1973 : héroïne. C’est LA drogue de l’année du premier choc pétrolier.

1974 : sulfate de cocaïne : ancêtre du crack, très prisé par la scène pub-rock.

1975 : Dipertrol.

1976 : Captagon, Dynintel et Fringanor : pilules coupe-faim bouffées à la louche par les punks. Substances regroupés sous le terme « speed ».

1977 : speed en poudre (la cocaïne du pauvre).

1978 : codéïne, dérivée de la morphine.

1979 : cocaïne. Annonce les années 1980 !