Renaud, mon pote, mon copain, mon salaud,

Tu les entends ? Ils te gueulent dessus, les pousse-mégots et les nez-d’bœufs, les bobos qui ont des enfants bien élevés qui ont lu le Petit Prince à 6 ans, exigent que t’arrêtes la picole, essaient de te piquer ton Ricard et si ça s’peut de te chourave ton petit rosé du matin. Veulent pas te lâcher la grappe les collants léopards homologués chez SPA, les ringards écologistes du sam’di soir. Des connards (500). Comprennent pas que si tu bois comme un trou c’est peut-être pour éviter de t’en faire un dans l’crâne. Est-ce qu’on demande à Mimie Mathy de grandir ? Non. Est-ce qu’on ordonne au Président de pas nous mentir ? Non plus. Est-ce qu’on conseille à Zaz de faire un tour chez le dentiste ? Oui, mais c’est pas pareil. Toi, Renaud, t´es bâti comme une armoire de cuisine, le cœur dans l´tiroir, tout près du couteau, t’es un rocker de chanson française. T’es beau, t’es grand. Alors mon pote, mon copain, mon salaud, continue de te la mettre, te parfume jamais à l’oxygène, le Ricard c’est ton hygiène. Et à la tienne voyou !

Phil Patrick