Par Audrey Plumard


Lisa Angell et c’est l’enfer (angell + enfer = humour) ! Lisa Angell, ce sont les soirées organisées par la direction du camping pour récompenser les pauvres d’avoir une nouvelle fois participé au cirque sans broncher (et en souriant). Lisa Angell, c’est l’ado du nord qui demain quittera La Grande Motte pour retrouver le triste spectacle de la pluie tombant sans relâche sur les toits noirs de crasse de la ville. Lisa Angell, c’est Magalie Vaé… en plus vieille, c’est un truc malsain, c’est du Hélène Ségara pour les pauvres (non, ça c’est vraiment dur, pardon). Lisa Angell, c’est vieillot, c’est ringard, c’est médiocre, à la limite d’être vraiment à chier… Mais c’est mignon, c’est populaire, c’est du beauf en concentré, du ch’ti de compétition. On ne sait pas trop par quelle magie, mais c’est attachant.