Par Eric Nullo

C’est un classique depuis Bardot : le cinéma français refile à la chanson française, à peu près chaque mois, sa bidoche avariée. Dernier steak de cadavre : Mélanie Laurent, dont on peut entendre le premier single, En t’attendant, sorte de pop pompeuse et dégueulasse. Le texte est aussi pauvre qu’un prof de collège après sa paie, la mélodie aussi banale qu’une bouche d’égout sur le trottoir (et encore…) et l’orchestration aussi grotesque qu’un discours d’homme politique. C’est dire si le foutage de gueule atteint un niveau record avec la Mel’. Ce disque conviendra sans doute aux connasses qui bossent dans l’audit’ en rêvant d’être des femmes modernes et aux adolescents mâles qui ont une préférence pour la masturbation auditive. Pour les gens normaux, l’album de Mélanome Laurent pourra servir de laxatif (demandez conseil à votre disquaire).