Par Phil Patrick


Ouais, je te le dis : je l’aime bien Mélanie Laurent, la chanteuse. Elle en a pris plein la gueule de la part de mes confrères critiques musicaux (mais je ne les aime pas), à commencer par ce petit branleur d’Éric Nullo ou à ces prétentieux du collectif ZC. J’ai toujours aimé la place du rejeton dans la famille. Moi je l’aime Mélanie Laurent, enfin, pas elle exactement, mais son disque. Et j’emmerde bien les ploucs snobinards qui se sont jetés sur Laurent comme l’assassin se jette sur sa frêle proie. Parce que moi je sais pourquoi je l’aime, quand eux ne peuvent donner la moindre justification à leur haine (sinon l’idée que c’est troooop cool de taper sur Mélanie Laurent, juste faire comme le copain).

Je dirais d’abord que l’album de Mélanie Laurent est discret et humble, ce qui n’est pas, en soi, une chose pré-acquise, surtout pour une actrice de cinéma bankable. Discret, humble, et bossé. Ça tient franchement la route, de la production au mixage (ce qui, là encore, n’est pas chose pré-acquise, qu’on signe chez Universal ou chez Zicabloc Records). En revanche, pour les textes, je dois bien avouer que ce n’est pas encore ça. Mais n’est pas Damien Saez qui veut et d’ailleurs, je n’ai entendu nulle part que Laurent voulait être Saez (Saez ne peut être qu’une inspiration et un horizon pour nous autres mortels). Et les mélodies du disque, elles sont bien gaulées (il faut écouter Insomnie). Cela m’a rappelé Autour de Lucie, et on ne peut pas honnêtement déclarer qu’Autour de Lucie n’était pas un grand groupe

Et puis, et puis, et puis : Mélanie Laurent est aujourd’hui la SEULE chanteuse française à articuler. Et articuler, c’est quand même 80 % de la valeur d’une voix. Parce que si chanter, c’est chanter comme Vanessa Paradis, alors tu es une putain d’impostrice. Mélanie Laurent, elle, chante. Alors d’accord, sa voix n’a pas la puissance de celle de Céline Dion (mon dieu, merci pour Laurent), mais on pourra dire ce qu’on veut de Mélanie Laurent, au moins, elle, elle ne force pas sur sa voix. Elle est pas là en train de nous la faire à l’envers, à vouloir jouer les cantatrices ou les gonzesses qui s’efforcent de caler des effets (des couinements j’appelle ça) à chaque fin de phrase pour nous faire croire qu’elles ont bossé leurs putains de voix. Mon cul ! Laurent, elle, ne joue pas (pas con pour une actrice) et ça, c’est infiniment respectable ! Comme son premier album.