Si l’on vous dit : « Nirvana », vous pensez tout de suite – c’est normal, ne vous inquiétez pas – Kurt Cobain, Kris Novoselic, Dave Grohl. Non ? Si ! Et pourtant, Nirvana, avant d’être LE groupe rock grunge des années 90, fut un groupe de rock progressif tendance hippie-LSD dans les années 60-70… mais pas avec les mêmes membres.

Kurt Cobain avait lui-même choisi le nom de Nirvana pour baptiser son groupe, comme un pied de nez aux autres groupes de l’époque dans la région de Seattle. Lui qui prônait un style de musique brute, « non-intellectuelle » et sauvage, souhaitait un nom de groupe « qui fasse cool, hippie, doux ». Kurt Cobain avait de l’humour. Sauf qu’il ne savait pas, à l’époque, qu’un autre Nirvana existait déjà. Il ne l’apprendra d’ailleurs qu’à la sortie de Nevermind, en 1991 (alors que le premier album de Nirvana, Bleach, est sorti en 1989). À cette date, les membres du Nirvana des années 60 se manifestent : Patrick Campbell-Lyons et Alex Spyropoulos. Ces derniers, toujours plus ou moins perchés depuis les années 60, ne feront pas de procès à Cobain et sa bande, ne demanderont d’ailleurs rien du tout et iront jusqu’à eux-mêmes changer le nom de leur groupe en « Nirvana 65 », en référence à la date de leur création.

Nirvana 65 profitera toutefois de l’énorme succès de Cobain et sa bande pour relancer leur carrière moribonde. En collaboration avec Kurt Cobain, ils préparent un album de reprises « Nirvana sings Nirvana », autrement dit les chansons de Nirvana (le groupe grunge) retravaillées façon rock progressif hippie. La mort de Cobain en avril 1994 empêchera la bonne conduite du projet. Il reste toutefois des « traces » de cette collaboration improbable, notamment cette reprise « psychédélique » de Lithium.

Nirvana, 1965.