Mine que rien, la carrière de Joe Dassin, mort en 1980, n’a pas été très longue : 15 ans (ok, c’est toujours mieux que Grégory Lemarchal, mais quand même). 15 années célébrées ici en 15 chansons (pas con, hein ?).

Billy le Bordelais, janvier 1970 : et dire que les détracteurs du grand Joe le surnommait « l’Américain ».

À toi, janvier 1977 : la même année, Plastic Bertrand cartonne avec son Ça plane pour moi.

Siffler sur la colline, avril 1968 : le Printemps 68. Joe, déjà hippie.

Je vais mon chemin, mai 1965 : le deuxième single enregistré par Joe Dassin.

Marie-Jeanne, octobre 1967 : lire la Song Story.

Ça m’avance à quoi ?, avril 1966 : chanson pop.

La demoiselle de déshonneur, janvier 1978 : c’est bien d’en parler.

Ça va pas changer le monde, janvier 1976 : il faut TOUJOURS relativiser.

Le café des trois colombes, janvier 1977 : en pleine fièvre disco, Joe tient bon.

Salut les amoureux, mars 1973 : « aux adieux qui quelque fois se passent un peu trop bien ».

Dans les yeux d’Emilie, janvier 1978 : les meilleurs arrangements de l’histoire de la chanson française.

L’été indien, juin 1975 : lire la Song Story.

Et si tu n’existais pas, avril 1976 : p’tit coup de blues d’avril.

Si tu penses à moi, juin 1978 : Joe Dassin sample Bob Marley (No woman, no cry). Quand deux génies se rencontrent.

Guantanamera, juillet 1976 : lire la Song Story.