On appelle Power Trio une formation rock qui comprend… 3 membres ! Un(e) guitariste, un(e) bassiste et un(e) batteur. Le terme, utilisé dès les années 20 pour certaines formations jazz et blues, a été sublimé avec l’apparition du rock dans les années 50.

L’arrivée du Power Trio a été possible en partie par le développement technologique des guitares électriques et des amplificateurs, qui a permis à cet instrument de produire beaucoup plus de volume et donc d’assurer à lui seul la complète présence mélodique de genres comme le rock ou le funk.

Le triomphe – et la mode – des Power Trio a surtout eu lieu au cours de la seconde moitié des années 1960 pour un âge d’or durant la décennie suivante. Parmi toutes les formations répondant à la même structure, on pourra citer :
– Cream, 1966-1968 : Eric Clapton (guitare), Jack Bruce (basse et chant), Ginger Baker (batterie)

– ZZ Top (depuis 1971) : Billy Gibbons (chant et guitare), Dusty Hill (chant et basse), Frank Beard (batterie)

– Grand Funk Railroad (1968-1977) : Mark Farner (guitare, chant, claviers), Don Brewer (batterie, chant), Mel Schacher (basse).

Et plus récemment :

The Police (1977-1984) : Stewart Copeland (batterie), Sting (chant, basse), Henry Padovani (guitare)

– Nirvana (1987-1994) : Kurt Cobain (guitare, chant), Krist Novoselic (basse), Dave Grohl (batterie)

Nada Surf (depuis 1993) : Matthew Caws (guitare, chant), Daniel Lorca (basse), Ira Elliot (batterie)

>> Après les Power Trio, la playlist des plus belles Power Ballads