Immense succès populaire, Le téléphone pleure de Claude François a notamment séduit le public grâce à la voix – et la bouille – d’une petite fille de 6 ans, donnant la réplique « comme une grande » à tonton Claude. Question : qui était cette petite fille ?

Elle s’appelait – et s’appelle toujours – Frédérique Barkoff, et ce n’est pas une inconnue, à l’époque, dans l’entourage de Claude François. Frédérique est en effet la fille de l’attaché de presse de Claude François, Jean-Pierre Barkoff, et de Nicole Gruyer, Clodette de son état. Pourtant, ce n’est pas sur ces critères que Frédérique sera choisie par Claude François.

Des auditions de fillettes comédiennes sont d’abord organisées par… Jean-Pierre Barkoff pour donner la réplique à Claude François. Ce dernier ne trouvant pas son « bonheur » parmi les candidates sélectionnées par Jean-Pierre Barkoff, il soumet à ce dernier l’idée de choisir sa fille, Frédérique. Si le papa est d’accord, la maman est plus réticente. Elle se laissera convaincre par son mentor (et patron) et Frédérique donnera finalement la réplique à Claude François. Un rôle de composition pour la petite fille qui vit alors la même situation que la petite fille qu’elle doit interprétée : ses parents, Jean-Pierre et Nicole, sont ne effet en plein divorce au moment de l’enregistrement. Pour la petite histoire, Le téléphone pleure avait été écrite et composée d’après une scène du film L’épouvantail (Scarerow en VO) avec notamment Al Pacino dans le rôle du père qui appelle chez lui après 8 ans de silence. Et devinez qui décroche ? Sa fille de 8 ans !

cloclo-frederique-le-telephone-pleure
frederique-barkoff-01