Quizz chanteuses et chanteurs africains

Départ
%%RATING%% Tu as obtenu un pourcentage de bonnes réponses de %%PERCENTAGE%%. Ta note : %%SCORE%% sur %%TOTAL%%. Mets au défi tes potes de faire mieux que toi !
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

Un quizz spécial artistes africains, les artistes célèbres, passés ou actuels, les chansons mythiques et les légendes de l’Afrique, continent auquel les autres doivent beaucoup, beaucoup, beaucoup en matière musicale (et en matières premières, mais c’est un autre sujet). Pour vous accompagner dans les méandres de ce quizz, voici un top 5 des instruments de musique africaine parmi les centaines qui existent.

1. Le djembé
L’un des instruments de musique les plus connus d’Afrique. Il vient de l’Afrique de l’Ouest, créé au sein de l’Empire Mandingue, dit aussi Empire du Mali, mis en place par Soundiata Keïta au xiiie siècle, qui s’étendait de la Guinée à l’est du Mali, et au nord de la Côte d’Ivoire en passant par le Burkina Faso.

2. Le balafon, bala ou balani
Une sorte de xylophone, apparu au XVIIè siècle entre Guinée et Mali,comportant généralement entre 16 et 27 notes produites par des lames de bois que l’on percute avec des baguettes et dont le son est amplifié par des calebasses disposées en dessous.

3. Le dum dum
Le dum dum est constitué d’un fût cylindrique en bois sur lequel sont tendues deux peaux de vache ou de veau (non rasées), une à chaque extrémité (une peau de frappe et une peau de résonance), et d’un système de tension (cordages avec cerclages métalliques). C’est aussi une danse pratiquée en Haute-Guinée, dans la région de Kouroussa.

4. Le gongoba
Le gongoba est un instrument de musique d’origine guinéenne, réalisé avec une grosse demi-calebasse de 50 cm de diamètre,recouverte d’un contreplaqué sur lequel sont montées trois, quatre ou cinq lames de scie à métaux.

5. Le mezoued
Il s’agit d’une cornemuse traditionnelle, répandue en Tunisie mais aussi en Algérie et en Libye. Cet instrument se serait diffusé des campements nomades vers les campagnes puis les villes.