Avant sa parution sur l’album « Pablo Honey » de Radiohead sorti en février 1993, « Creep » est édité en single en septembre 1992 en Angleterre.

« Creep » : le premier disque de Radiohead

Il s’agit du premier disque officiel de Radiohead, un groupe emmené par l’énigmatique (et un peu effrayant) Thom Yorke. Formé à la fin des années 1980 à Oxford en Angleterre, Radiohead a suivi le parcours traditionnel d’un talentueux groupe de rock anglais : concerts locaux, rencontres avec des « gens du métier », enregistrements « maison » de démos et finalement signature avec une maison de disques (en l’occurrence EMI via Parlophone). Nous sommes au printemps 1992. EMI envoie le groupe en studio enregistrer un premier single : « Creep », donc. La chanson a été écrite et composée par Thom Yorke quelques années plus tôt. Avant de lancer les grandes manœuvres, EMI veut tester le potentiel de Radiohead en sortant la chanson sous format single. Le titre est enregistré durant l’été 1992 et sort dans les bacs en septembre.

« Creep », ce flop

En Angleterre, le morceau est un énorme flop. La presse n’y consacre que quelques brèves tandis que les radios et les télés anglaises refusent de passer ce morceau jugé bien trop « dépressif ». « Creep » ne se vend pas, ne se diffuse pas. En Angleterre, le style « grosses guitares et paroles tristes », autrement dit le style grunge, n’a jamais réussi à fermement s’installer. On préfère à ce grunge « suicidaire » la Britpop de Blur (la sortie du premier album du groupe de Damon Albarn, Leisure en 1991, a été un triomphe), plus joyeuse (mais tout aussi rock), plus fine, plus english. EMI a alors l’idée de faire enregistrer un EP à Radiohead, EP reprenant « Creep » en version acoustique, et destiné au marché américain. Là-bas, le grunge triomphe (avant que les Green Day, The Offspring et dans un autre registre Rage Against The Machine ne redistribuent les cartes du rock US dès la fin 92) et « Creep » est un morceau taillé grunge. D’abord dans ces paroles, « creep » signifiant ici « animal rampant », « asocial », « merdique ». « Creep » raconte certes les déboires amoureux d’un adolescent, mais c’est d’abord un manifeste de la lose attitude, Thom Yorke priant pour devenir « quelqu’un de spécial », doté d’un « corps parfait » et capable de « s’adapter » à toutes situations. Mais Thom Yorke le répète : « I’m a creep », « Je suis une merde ». Kurt Cobain, Billy Corgan et Eddie Vedder ne chantent pas autre chose de l’autre côté de l’Atlantique et ça cartonne ! Comme va très vite cartonner le premier disque de Radiohead. C’est ce qui va sauver les débuts de la carrière de Radiohead, en tout cas son contrat chez EMI. Le groupe est renvoyé en studio, cette fois pour enregistrer un album entier, d’ores et déjà prévu à la distribution, aux États-Unis, mais aussi en Angleterre. Car le succès de « Creep » au pays du grunge a permis à Radiohead d’obtenir un écho plus large dans les médias anglais.

Le succès de « Creep »

C’est ainsi que 6 mois après l’échec de « Creep » en Angleterre, le morceau revient à la charge, intégré à l’album Pablo Honey (février 1993). Et cette fois, le « miracle a lieu : « Creep », ressorti en single, établit de nouveaux records de ventes et relègue au second plan (un temps seulement) Blur. « Pablo Honey » se vend nettement moins, mais l’album est salué par la critique, et le succès est tel avec « Creep » (et bien au-delà du seul marché britannique) que tout semble possible maintenant. Le monde entier connaît désormais Radiohead. Le groupe, et en premier lieu Thom Yorke, se lassera pourtant très vite de ce titre composé plusieurs mois (années) auparavant – jusqu’à refuser de le jouer sur scène, malgré l’insistance de certaines salles. Et puis le succès de la chanson leur attire des soucis judiciaires inattendus : devant la « ressemblance « de la mélodie de « Creep » avec celle d’une chanson datée de 1973, « The air that I breathe », le groupe se voit « obligé » de créditer comme co-auteurs de « Creep » les créateurs de cette chanson, dont un certain Albert Hammond, compositeur du tube Sensualité d’Axelle Red (sorti également en 1993 !) et père d’Albert Hammond Jr, guitariste et membre fondateur du groupe new-yorkais The Strokes. À l’apogée du phénomène « Creep », été 1993, la bande à Thom Yorke a déjà en tête leur prochain album (ils sortiront d’ailleurs un EP, « My Iron Lung », dès le mois d’octobre 1994), celui qui plaira à tout le monde, tout de suite : « The Bends », sorti en 1995 et nouveau souffle du rock anglais.

Biographie de Radiohead

Radiohead est un groupe de rock alternatif anglais originaire d’Abingdon dans l’Oxfordshire. Le groupe est composé de Thom Yorke (chant et occasionnellement guitare), Jonny Greenwood (guitare, piano et Ondes Martenot) Colin Greenwood (basse et synthétiseur), Ed O’Brien (guitare) et Phil Selway (batterie). Ils se sont rencontrés à l’école et tournaient déjà ensemble depuis 5 ans quand ils sont repérés par le label EMI en 1991. C’est avec la sortie de son troisième album Ok Computer en 1997 que Radiohead acquiert sa réputation mondiale.