Histoire et explication de Superstition

Superstition de Stevie Wonder figure sur l’album Talking Book sorti en 1973. Superstition traite des superstitions en général, et des dangers qu’elles engendrent nécessairement, notamment le racisme, mais également le rejet du handicap, deux questions évidemment chères à Stevie Wonder.
À l’origine, Stevie Wonder avait l’intention de « partager » Superstition avec Jeff Beck. L’idée était pour Wonder, non seulement de « s’offrir » l’un des meilleurs guitaristes au monde de l’époque, mais également de toucher, grâce à Beck, un public plus rock. Mais Stevie Wonder et Jeff Beck ne s’entendirent pas lors de la phase d’enregistrement de Superstition et c’est seul que Stevie Wonder enregistra Superstition telle qu’on connaît aujourd’hui la chanson.
Superstition est infiniment importante dans la carrière de Stevie Wonder, car elle marque chez l’artiste un tournant majeur vers le funk et le groove (mais aussi vers un son plus « pop »).
Pour la petite histoire, Superstition fut enregistrée par Stevie Wonder dans les studios Electric Lady Studios, les studios attitrés de Jimi Hendrix dans lesquels, même après la mort d’Hendrix, vinrent enregistrer Miles Davis ou encore Deep Purple.


Biographie Stevie Wonder

Stevie Wonder est né Steveland Judkins (puis Morris après le remariage de sa mère) en 1950 dans le Michigan, aux États-Unis. Bien qu’il continue d’être actif, on distingue deux grandes périodes dans la carrière de Stevie Wonder. La première, de 1971 à 1978 est celle des grands classiques : You are the sunshine of my life, Supersition… Période durant laquelle Stevie Wonder passe maître dans l’art de marier funk, soul, pop et rythm’n’blues. Deuxième grande période de la carrière de Stevie Wonder : 1979-1987, où l’artiste compose des titres plus « grand public ».