Superbus, c’est le groupe de la fille de Chantal Lauby, la femme des Nuls. Ça partait bien, donc. Mais à mère géniale, fille médiocre, selon l’adage inventé par Liliane Bettencourt elle-même. Sunset est quand même le sixième album du groupe phare de la sous-culture rock française. Comme quoi, ça sert à quelque chose d’avoir une bouille de star du porno et le talent musical d’une crêpe au sucre. On a donc droit, encore une fois, à de la pop au sirop, un truc qui colle et qui tâche. Alors oui, ça plaira au public traditionnel de Superbus, une bande de ringards analphabètes et sous-cultivés composée de pucelles de pavillons, de petits mecs fascinés par les lèvres absorbantes de Jennifer (la fille de) et de tous les parents rassurés que leur progéniture déficiente ne « sombre pas dans le gothique répugnant ». À titre personnel, je préfère que mon gosse se nourrisse de vomi de porc en écoutant du Marylin Manson plutôt qu’il se déglingue les oreilles à écouter le dernier étron sorti du cul de Superbus. Aussi beau soit celui de Jen’ ! (Michel Prozac)