Membre du jury de l’émission de télé-crochet « Talent Street », Joey Starr s’est de nouveau illustré par sa connerie légendaire.

Joey Starr est une mine. Une mine de pudeur, de savoir, de sagesse, d’intelligence. Il l’a encore prouvé hier soir sur le plateau de « Talent Street », émission de télé-crochet créée pour les mecs et les nanas qui rappent, slamment, breakent… Comme si les taules dont ils débarquent ne suffisaient pas à les stigmatiser, la télé leur a concocté un ghetto cathodique. Une grande farce pour laquelle les producteurs n’ont eu aucun mal à trouver des collabos : Joey Starr, donc, mais aussi Mia Frye, toujours prête à prendre un p’tit billet en échange de déclarations en franglais à la pertinence aussi décisive qu’une mesure du Gouvernement en faveur de l’emploi. Y a un autre mec dans le jury, mais impossible de savoir qui c’est. Sans doute un animateur de Skyrock ou d’un blog pourri du 9-3 financé par le ministère de la Culture.
Hier soir, Joey s’est fritté avec un collectif venu défendre son truc sur le plateau de « Talent Street ». On notera la maîtrise de la langue française par le « Double R », son sens de la critique et de la pédagogie, son élégance et son incroyable capacité à prendre de la hauteur en toute circonstance.