Par Eric Ze More

On serait tenté de dire que tout est dans le titre du nouvel album de HFT, Suppléments de mensonge. Alors oui, Hubert-Félix (arrêtez-vous 2 secondes sur ce prénom…), c’est le genre de papi de la chanson française qu’il ne faut suuuuurtout pas critiquer, le gars qui est là depuis si longtemps que TOUT le monde doit le respecter, maintenant qu’il va bientôt mourir. Mon cul ! Faut pas délirer, HFT, ça fait peut-être 40 ans qu’il est là, mais ça fait aussi 40 ans qu’il fait de la merde. Alors les médias français, qui cherchent désespérément un remplaçant à Alain Bashung, nous disent et nous rabâchent que Suppléments de mensonge est l’album de la décennie. Ah bon ? Dans la catégorie bouse du mois de juin alors. Les Suppléments de mensonge de HFT (quelle lucidité quand même) conviendront aux amateurs de fest-noz, aux paysans un brin dépressifs à force de mater le cul de leurs vaches et aux citadins bobo-écolo tendance lepéniste qui espèrent, en achetant l’album de Thiéfaine, défendre le terroir français. Pitoyable.