Serge Gainsbourg était un petit coquin, toujours prêt à nous empêcher de tourner en rond grâce à son incomparable talent à provoquer et à foutre la merde. C’est aussi pour ça qu’on l’aimait tant.

1. Lemon Incest
Les Sucettes ? De la rigolade ! Avec Lemon Incest, chanté en duo avec sa fille de 13 ans (Charlotte) en 1984, Gainsbourg place la barre très haute.

2. Je t’aime… moi non plus
En 1969, Serge Gainsbourg décroche son premier n°1 hors de France (en l’occurrence en Angleterre) avec une chanson on ne peut plus suggestive. Je t’aime moi… non plus sera d’ailleurs interdite d’antenne en Angleterre, en Italie et même en France avant 23h ! Aux États-Unis, la chanson sera également boycottée, mais atteindra tout de même la 69e place au Billboard. 69… c’était écrit !

3. Histoire de Melody Nelson
L’histoire de Melody Nelson est un tel chef d’œuvre que l’on en oublie presque que Gainsbourg raconte l’histoire d’une gamine de 15 piges qui fait tourner la tête d’un homme mûr et qui finira par mourir dans un accident d’avion.

"Histoire de Melody Nelson", 1971.

« Histoire de Melody Nelson », 1971.

4. Une conférence de presse à l’hosto
En 1973, Serge Gainsbourg est transporté d’urgence à l’hôpital suite à une attaque cardiaque (à 45 ans, ce qui est déjà en soi pas banal). Parce qu’il s’ennuie ferme, il fait venir des journalistes dans sa chambre pour une conférence de presse durant laquelle il déclare que « désormais, pour éviter une autre crise cardiaque, il va fumer et boire le double ». Le tout la coupe aux lèvres et la clope au bec.

5. Nazi Rock
En 1975, Serge Gainsbourg donne sa lecture de la Seconde Guerre mondiale et parle du régime nazi comme d’une kermesse. Sa « légèreté » ne sera pas appréciée par tous…

6. La Marseillaise en reggae
Le blasphème patriotique de Gainsbourg. En 1979, il enregistre une version reggae de la Marseillaise, ce qui lui vaudra des occupations de salle par des anciens combattants, des menaces de mort et même des attentats.

Serge Gainsbourg et le drapeau français, une tumultueuse histoire...

Serge Gainsbourg et le drapeau français, une tumultueuse histoire…

7. Le billet de 500 Francs
1984. Invité d’Anne Sinclair dans l’émission dominicale de TF1, 7 sur 7, Gainsbarre brûle un billet de 500 francs pour signifier concrètement le taux d’imposition qui est alors le sien. Un acte passible de prison ferme.

8. Quand Gainsbarre draguait Whitney Houston
Grand romantique, mais immense alcoolique, Gainsbourg franchit la ligne un soir de 1986 dans l’émission Champs-Élysées présentée par Michel Drucker. Le grand Serge déclare ainsi sa flamme à la toute jeune et (encore) prude Whitney Houston, à sa manière… : « I said I want to fuck her ! »

9. L’amant de Bardot
Que Gainsbourg et Bardot se soient aimés (et plus puisque « affinités »), ce n’est pas le problème. Qu’ils aient enregistré la première version de Je t’aime… moi non plus avec les cris de jouissance de Bardot en guise de chœurs, ça va encore. Le petit souci, c’est que tout ça a été fait alors que Bardot était mariée au riche homme d’affaires suisse Gunter Sachs, qui fera interdire la publication de la chanson.

10. Bambou seins nus à la télé
Avec l’album Love on the beat (1984), Gainsbourg offre l’une de ses plus belles provocations. Et si une performance live exige qu’une femme se traine sur scène les seins nus, Gainsbourg préfère autant que se soit sa femme, Bambou, la future mère de son fils Lulu. Faut faire bosser la famille ! >> Voir la vidéo.