En pleine promo pour sa grande tournée 2015, Véronique Sanson revient sur ses années noires entre drogues et pinard à gogo, et ses préférences en la matière.

Putain, Véro a bien changé. Fini le temps où la dame se bombardait la ruche dans la cave du Lutétia, entre Richard Bohringer et Serge Gainsbourg. Maintenant, c’est eau de source fidjienne et carottes râpées. Trop triste. Heureusement, elle peut encore se raccrocher à quelques souvenirs (oui, il lui en reste), cette époque bénie où elle se piquait grave la ruche à coups de « grands crus ». La drogue ? Oui, elle a à peu près tout essayé, mais elle a pas franchement kiffé. Même la coke, elle a vite laissé tomber : « ça me faisait mal au nez ». Ben forcément Véro, 2 grammes dans chaque naseau à chaque prise, ça pique. Faut essayer avec des doses plus raisonnables et tu vas voir comme ça fait du bien. Bonne défonce !